IUF logo; clicking here returns you to the home page.
UITA
Unit les travailleurs de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de l'hôtellerie du monde entier


Victoire juridique pour les travailleurs/euses de l’hôtel Marriott Renaissance de Séoul dont les emplois ont été donnés en sous-traitance – Réintégrez-les maintenant!

Inséré sur le site web de l'UITA le 30-Jul-2007

Envoyer cet article à une connaissance.

photo



Le 19 juillet dernier, le Tribunal du district central de Séoul a statué en faveur d’un groupe de travailleurs/euses et de leur syndicat, qui luttent depuis le 1er janvier de l’an dernier pour récupérer leurs emplois et leurs salaires après que leurs emplois aient été donnés en sous-traitance et qu’eux-mêmes aient été licenciés/es par l’hôtel de luxe Marriott Renaissance de Séoul
(cliquer ici pour le dossier complet). L’UITA lance un appel au soutien international afin de faire en sorte que la décision du tribunal soit respectée et que les travailleurs/euses soient immédiatement réintégrés/es dans leurs postes.

L’origine du conflit remonte à 2001, alors que plus d’une centaine de membres du personnel de chambre avaient été forcés/es de démissionner et de s’embaucher auprès d’une société de sous-traitance formée à la hâte, « Renaissance Service Team ». Du coup, leurs salaires étaient réduits de 60 %, alors qu’ils/elles continuaient de faire exactement le même travail.

Les travailleurs/euses ont formé un syndicat - Renaissance Labour Union, membre de l’affiliée de l’UITA Korean Federation of Service Workers' Unions (KFSU) – et déposé une plainte de pratiques de travail injustes. En mai 2004, une enquête du ministère du Travail a déterminé que la sous-traitance constituait une « dévolution illégale » (c’est-à-dire que le lien d’emploi des travailleurs/euses était avec la société contractante) et ordonné à l’hôtel de les employer directement. L’employeur ne s’est pas conformé à la décision, de sorte qu’un groupe d’employés/es a entrepris une action civile, accusant l’hôtel d’avoir retardé le versement des salaires – la différence entre le salaire en emploi direct et celui versé par le sous-traitant. En représailles, le sous-traitant les a licenciés/es le 31 décembre 2005.

Le 1er janvier 2006, les membres du syndicat on dressé un piquet de grève quotidien. Des manifestations régulières, appuyées par KFSU et par l’organisation régionale de la centrale nationale KCTU, ont eu lieu devant l’hôtel, malgré une ordonnance autorisant l’hôtel à réclamer des travailleurs/euses des « dommages » de plus de USD 20 000 pour pertes de clientèle alléguée.

La justice a été de nouveau bafouée en novembre 2006 lorsque le bureau du Procureur public a mystérieusement abandonné les procédures intentées contre la direction de l’hôtel en raison de son refus d’appliquer la décision du ministère du Travail à l’effet que la sous-traitance était illégale. Les travailleurs/euses devaient maintenant attendre la décision dans la poursuite civile et ont continué de manifester, malgré de nouvelles réclamations pour dommages et l’intimidation de la brigade antiémeute de la police.

Dans une décision rendue le 19 juillet, le tribunal civil a clairement confirmé que l’opération de sous-traitance était une duperie illégale et ordonné la réintégration des travailleurs/euses. Le tribunal a en outre ordonné à l’hôtel de verser à chaque travailleur/euse la somme de USD1 400 par mois jusqu’à leur réintégration et de payer les quatre cinquième des frais de la poursuite.

L’hôtel peut cependant faire appel de la décision. Il serait grotesque d’imposer encore un délai supplémentaire à ces courageux/ses travailleurs/euses. L’UITA demande donc d’envoyer des messages à la direction de l’hôtel et aux autorités gouvernementales appropriées pour demander l’application immédiate de la décision du tribunal.

Les travailleurs/euses dont l’emploi a été sous-traité doivent être réintégrés maintenant! Votre appui peut faire la différence. Cliquez ici pour envoyer un message. Des copies seront automatiquement transmises au syndicat et au secrétariat de l’UITA.